Kaki Fuyou

 

(ou Kaki pomme), originaire de Chine, très ornemental à l'automne avec ses fruits et son feuillage rouge pourpre, à planter en zone abritée. Fruits d'une belle couleur orangée se consommant dès la récolte, chair ferme, non astrigeante, il n'est donc pas nécessaire d'attendre les premières gelées pour le consommer, autofertile.
 

Des recherches montrent qu'en mangeant chaque jour un kaki de taille moyenne - environ 100 g - on « éloigne le médecin » encore plus efficacement qu'avec la pomme traditionnelle.
Le docteur Shela Gorinstein, membre du département de chimie médicinale de la faculté de pharmacie de l'Université hébraïque à Jérusalem, affirme que les kakis contiennent un cocktail d'ingrédients bénéfiques susceptibles de réduire considérablement les risques d'athérosclérose - une forme d'artériosclérose - l'encrassement des artères du cœur et du cerveau.

Sa saveur très douce et bien sucrée est due à une teneur élevée en glucides (plus de 15 g aux 100 g), et à son faible taux en acides organiques naturels (moins de 300 mg aux 100 g). Ses glucides sont constitués en majorité (et à parts sensiblement égales) par du fructose et du glucose. Comme la plupart des autres fruits frais, il renferme peu de protides (0,5 à 1 g aux 100 g), et de lipides (0,2 à 0,4 g).

Le kaki fournit 66 calories aux 100 g, ce qui le situe parmi les fruits les plus énergétiques (entre les cerises et le raisin).

Ses fibres atteignent 2,5 g aux 100 g, et sont constituées essentiellement par des celluloses et des hémicelluloses (concentrées dans la peau). Elles comprennent aussi un peu de pectine (qui donne du " moelleux " à la pulpe). Certaines variétés sont chargées en tannins, ce qui confère au fruit une astringence marquée. Au fur et à mesure de la maturation, les tannins diminuent, tandis que les sucres et les pectines augmentent. C'est pourquoi le kaki est consommé très mûr, voire un peu blet (mais certaines variétés pauvres en tanins peuvent être dégustées à un stade normal de maturité).

La couleur orangée du kaki est due à des pigments colorés abondants : carotènes, lycopènes et xanthines. On trouve ainsi en moyenne 1,4 mg de carotènes actifs (ou provitamine A) dans 100 g de kaki, mais dans certaines variétés, ce taux peut atteindre 3 mg aux 100 g. C'est, avec la mangue, le melon et l'abricot, l'un des fruits les plus riches en provitamine A. Sa teneur en vitamine C est très variable, et évolue selon le degré de maturation et de blettissement du fruit : elle passe de 50 mg à 7 mg en moyenne dans le kaki très mûr.

Le kaki est un fruit plutôt bien pourvu en minéraux : leur teneur totale avoisine 700 mg aux 100 g. Le potassium domine, avec une teneur de l’ordre de 170 mg. On y trouve aussi du calcium (21 mg), du phosphore (20 mg), et de petites quantités de magnésium et de sodium, ainsi que des oligo-éléments variés (fer, cuivre, zinc, manganèse...).

Certaines variétés sont chargées en tanins, ce qui confère au fruit une astringence marquée. Au fur et à mesure de la maturation, les tanins diminuent, tandis que les sucres et les pectines augmentent. C'est pourquoi le kaki est consommé très mûr, voire un peu blet (mais certaines variétés pauvres en tanins peuvent être dégustées à un stade normal de maturité).

Pour se prémunir contre la grippe durant la saison hivernale, il suffit de confectionner un jus santé en passant au mélangeur un kaki et un kiwi pelés. Ce jus est riche en vitamines C et en sels minéraux.

Il est légèrement laxatif.

Les Japonais font avec les feuilles de l'arbre des tisanes pour soigner la toux et certains troubles digestifs.